Livre gratuits LES EXTRATERRESTRES, NIKOLA TESLA, ET LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS pdf ebook

Livre gratuits LES EXTRATERRESTRES, NIKOLA TESLA, ET LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS pdf ebook

LES EXTRATERRESTRES, NIKOLA TESLA, ET LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS

  • ISBN: B00B5VENK6
  • Author:
  • Langues: Français
  • Évaluation: 4.5/5 (Votes: 1724)
  • Broché: 128 des pages
  • Disponibilité: En stock
  • Télécharger les formats: PDF, EPUB, KINDLE, FB2, AUDIBLE, MOBI et d'autres

Description du produit

Extrait d’une déclaration de Nikola Tesla lors de son interview à New York, le 15 octobre 1911 (journal New York Herald Tribune): «Ma machine volante n’aura ni ailes, ni hélices. Vous pourrez la voir sur le sol sans jamais deviner qu’il s’agit d’une machine volante. Pourtant, elle sera capable de se déplacer dans l’air, dans toutes les directions et sans représenter aucun danger ».
L’un des sujets les plus sensibles et effrayants impliquant Nikola Tesla était son invention nommée «Le Rayon de la Mort». Le FBI et les services de renseignement militaire des États-Unis furent extrêmement intéressés par cette invention et son utilisation pratique en tant qu’arme de guerre.

La Maison Blanche et le Pentagone craignirent que les plans des rayons de Tesla ne tombent entre les mains des Soviétiques. Mais il y avait plus que les plans du « Rayon de la Mort » dans ses dossiers. Les agents spéciaux « A » et « C » tombèrent sur un document de Tesla nommé « Exotericon Gama ».
Au dos du dossier, le mot « Gouvernement » avait été écrit à l’encre bleue.
À cette époque, personne ne prit l’Exotericon très au sérieux. Les hauts dirigeants du Pentagone pensèrent que Tesla était un « cinglé », malgré le fait qu’ils étaient pleinement conscients que certaines inventions secrètes de Nikola Tesla pouvaient changer la face et l’histoire de l’armement moderne.
Utilisant des caractères cryptés et le sanskrit, Tesla décrivit dans l’Exotericon (appelé plus tard le Document de Tesla pour le Gouvernement) :
• 1-Comment communiquent les extraterrestres ;
• 2-Les séquences de points « 1 » et « 0 » dans les messages extraterrestres ;
• 3-Un avertissement envoyé par une civilisation extraterrestre à une autre colonie galactique.

• À la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, le gouvernement des États-Unis (peut-être via le Secrétaire d’État du Président des États-Unis Harry Truman, le Général George C. Marshall, responsable de la correspondance secrète avec les Britanniques) demanda l’aide des déchiffreurs de l’Amirauté britannique afin de déchiffrer le code de Tesla qui était étroitement lié aux messages des aliens enregistrés par celui-ci. En réalité, Tesla affirma qu’il avait reçu des messages provenant de civilisations extraterrestres. Son neveu Sava Kosanovic déclara publiquement que son oncle lui avait dit qu’il avait reçu deux messages d’extraterrestres. Le carnet portant la mention « Gouvernement » est le même document nommé à l’origine « Exotericon Gama » par Tesla sur les communications extraterrestres.

• Les documents de Tesla furent saisis par le FBI après son décès dans sa chambre à l’Hôtel New Yorker. Ses dossiers présentaient des détails soignés, des esquisses et les plans d’une machine volante antigravité qui ressemblait beaucoup à l’ovni allemand Bell. Sava Kosanovic signala que son oncle Nikola Tesla lui avait parlé de l’ovni allemand Bell, et que dans l’une de ses correspondances secrètes avec le Maréchal de Yougoslavie Tito, il avait expliqué au dirigeant yougoslave comment ces machines fonctionnaient.

• P. E. Foxworth, directeur adjoint au Bureau du FBI à New York, fut appelé à enquêter : P. E. Foxworth fut convoqué par Hoover afin de réunir tous les documents scientifiques de Nikola Tesla (disponibles et disparus) et revenir avec une liste d’amis de Nikola Tesla, en particulier ceux qui étaient connus pour avoir des contacts avec les communistes.

• À l’époque, Foxworth déclara que «l’intérêt vital» du gouvernement des États-Unis était de préserver les documents de Nikola Tesla pour la postérité, et d’autres études scientifiques.» Nous savons maintenant que l’intérêt du gouvernement des États-Unis en matière de préservation des documents de Tesla n’était pas de nature académique, et qu’il ne s’agissait pas de préserver l’œuvre d’un génie.

Livres connexes